Archives de l’auteur : ardennes 1940 à ceux qui ont résisté

LE VOYAGE des ENFANTS – 1er juillet 2017

….Comme elle le fait depuis plusieurs années, notre association a conduit les enfants qui ont participé à notre Journée de Mémoire de STONNE en deux lieux historiques des Ardennes :
….– Le Fort des Ayvelles
….C’est un immense fort construit dans les années 1880 sur une colline non loin de Charleville- Mézières. Désaffecté avant 1914, il ne joua aucun rôle militaire, mais les Allemands l’occupèrent et exécutèrent toutes sortes de destructions avant de l’abandonner en 1918. Il resta propriété de l’armée, puis fut cédé au département. Des bénévoles décidèrent de le restaurer : un travail de titan! Les enfants ont découvert la vie d’un fort, le logement des soldats, les emplacements des canons de l’époque, les nombreuses galeries de liaison.

….– La HORGNE et le musée des spahis
….Les bénévoles qui gèrent ce musée ont accueilli notre groupe. Un exposé rappela les raisons et la réalité des combats des spahis le 15 mai 1940 (50 tués et 150 blessés). Puis ce fut la visite du musée. Les enfants ont été intéressés par les vêtements et l’armement des spahis. Suivirent un passage au mémorial, près de l’église, et une marche jusqu’au cimetière où reposent un certain nombre de spahis et parmi eux, les colonels qui commandaient les deux régiments : Burnol et Geoffroy (2° Régiment de Spahis Algériens et 2° Régiment de Spahis Marocains.

Seul point noir : il a plu toute la journée …mais qu’y pouvions-nous ?

Floing, le 2 juin 2017 – Les Ardennes honorent les morts au combat de mai-juin 1940

Avec l’appui du Conseil Départemental, de l’ONAC des Ardennes et de Mme le Maire de Floing, Ardennes 1940 à ceux qui ont résisté a été la cheville ouvrière de l’organisation de la soirée hommage de vendredi 2 juin à la nécropole nationale de FLOING.

M Baudier, président d’ARDENNES 1940 à ceux qui ont résisté pendant son hommage

ACTUALITÉ en RÉGION (ONAC)

Une émouvante cérémonie d’hommage aux combattants de mai et juin 1940 s’est déroulée ce vendredi 2 juin au coeur de la nécropole nationale de FLOING.
Entre Chiers et Aisne, dans les Ardennes, des troupes venues de toute la France, d’Afrique du Nord, d’Afrique Noire, de Madagascar et d’Outre Mer, ont vaillamment combattu face à un envahisseur supérieur en nombre, en matériel et en organisation.
Ces combattants de toutes armes ont résisté pendant près d’un mois, infligeant de lourdes pertes à l’ennemi, ne quittant leurs positions que le 11 juin, sur ordre de repli général vu le risque d’encerclement de l’ensemble des troupes du Nord-Est.
Des milliers ont payé de leur vie, peuplant les nombreux cimetières provisoires établis le long de la ligne de front, sur 100 km, presque uniquement en terre ardennaise.
Ces soldats étaient de toutes confessions. Ils portaient tous le même uniforme et avaient tous répondu à l’appel de la République. Ils sont à jamais rassemblés dans la nécropole de Floing. Les Ardennes ne les oublient pas et honorent ces morts pour la France. En leur mémoire, une manifestation présidée par Mme la Sous-Préfète de Sedan, a eu lieu en présence du député, de Mme le Maire et des conseils municipaux adulte et jeune, de conseillers départementaux, du monde combattant et de la directrice du service de l’ONACVG.
Pour réaffirmer une reconnaissance oecuménique voulue par « A ceux qui ont résisté », des jeunes ont allumé des flambeaux sur trois tombes, une juive, une musulmane, une chrétienne et y ont déposé un bouquets de fleurs tricolore, symbole du dépassement des différences de race et de religion.
Après les dépôts de gerbes au mât des couleurs, des textes ont été lus par les conseillers municipaux jeunes et un discours a été prononcé par le président de l’association « ARDENNES 1940 à ceux qui ont résisté » pour rappeler l’importance de la transmission du flambeau de la mémoire aux jeunes générations.
Le service départemental de l’ONACVG des Ardennes était partenaire de cette opération de valorisation d’une nécropole nationale.

Marie-Agnès Hyon-Paul, ONACVG des Ardennes

Stonne, le 21 mai 2017 – Journée de mémoire

Votre présence et votre participation ce jour, ici, à Stonne, haut-lieu des combats de mai 1940 est un grand réconfort et je suis sûr que les 4 100 morts au combat sur cet espace Mont-Dieu-Stonne-Tannay-Oches-Sommauthe sont fiers de constater que les Ardennais et leurs frères d’armes n’ont pas la mémoire courte, qu’ils n’oublient pas que ces combattants ont fait le sacrifice de leur vie, en mai et juin 1940, pour défendre notre sol, nos villages, notre France.
La présence de militaires de Mourmelon, de militaires de la Gendarmerie ardennaise et parisienne est pour moi à la fois une fierté et un réconfort. Je pense souvent à ces 4 100 jeunes hommes, pleins d’ardeur et de force, fauchés par la mort en 4 semaines. Je pense souvent à ces milliers de familles broyées par la douleur après avoir été longtemps pénalisées par l’existence de la zone interdite inventée par Hitler. J’en ai rencontré beaucoup dans les années 50 et 60. Les Ardennes, pour elles, étaient un lieu maudit, une terre de la mort.
Dans toutes les familles, dans tous les pays, les morts pour la patrie sont respectés, honorés. L’oubli est impensable, inhumain, indigne d’un pays civilisé. C’est pourtant ce qui arrive en France depuis presque 77 ans pour ceux de Stonne et leurs frères de combat entre Chiers et Aisne, engagés sur un front de 98 km, pendant 4 longues semaines. Le message officiel de cette année en est un nouvel exemple! Certes, il rend hommage aux combattants de 1940, ce qui semble un progrès, mais il précise ensuite lesquels : ceux de Norvège, les troupes sénégalaises massacrées près de Lyon et ceux d’une localité de l’Aisne. Je partage l’hommage aux combattants de Narvik, aux troupes coloniales, mais pourquoi limiter les combattants de 1940 à ceux d’un engagement de 3 jours près de Montcornet ? Pourquoi cette ségrégation injustifiée car ceux de Stonne, comme tous ceux d’entre Chiers et Aisne, comme tous ceux qui se sont battus courageusement portaient le même uniforme, défendaient la même patrie : la nation leur doit le même respect, le même hommage, la même reconnaissance, sans distinction ni de race ni de religion.
Si j’insiste sur cette situation inégalitaire, insupportable pour moi, c’est pour mettre en lumière la responsabilité qui nous échoit : nous sommes les rares porteurs de la mémoire de ces résistants de Stonne et des Ardennes ; nous devons donc informer, expliquer, combattre ce silence officiel volontaire. Nous sommes peut-être seuls, mais c’est notre devoir de citoyens et de citoyennes, c’est notre honneur qui est en jeu ! En unissant nos efforts, nous sommes une force de mémoire ! Nous devons l’être, tous ensemble, pour tous ces oubliés, oui, une force de Mémoire qui doit triompher des porteurs d’oubli. Mémoire et Histoire doivent être à l’unisson !
La fidèle présence du Cential de Mourmelon, porteur des traditions du 51° RI, est un réconfort ! La présence cette année de la Gendarmerie, porteuse des traditions du bataillon de chars de la gendarmerie, le 45°, le seul de France, est un réconfort ! (J’espère que cette présence se poursuivra !) La présence et la participation traditionnelle de jeunes issus des 3 pôles scolaires environnants sont un autre élément de réconfort ! Merci aux enseignants qui les informent et les entraînent. La présence de nombreux élus, la participation de la population attestent une communion de pensée pour honorer tous ces morts tombés sur notre terre où les traces de ces combats se sont cicatrisées avec le temps.
Je vous remercie toutes et tous très sincèrement de votre présence, de votre soutien, de votre participation à cette Journée de Mémoire traditionnelle. Merci de refuser la culture de l’oubli.
Au delà de cette action de mémoire, il doit y avoir une approche des horreurs de la guerre, de l’aspiration des peuples à la Paix, des vertus fondamentales que sont la Fraternité et la Tolérance, du combat contre la violence qui a envahi nos écrans, petits ou grands. Je souhaite que cette journée de Mémoire soit une journée de réflexion sur une plus large mobilisation pour la paix, pour la fraternité, pour l’égalité, contre la violence, contre le racisme et la xénophobie. Il faut savoir dépasser les rancunes accumulées. Les rescapés de Stonne, français et allemands, ont su le faire en proposant et en acceptant l’esprit de réconciliation, première étape vers l’engagement pour la paix : c’était voici 56 ans…ils étaient des précurseurs ! Que cela se poursuive en Europe et dans le monde entier !
Merci de votre attention,…………………………………………………………………………………….Michel BAUDIER

4 juin 2016 – Voyage à la Main de MASSIGES et VALMY

Sur des lieux chargés d’histoire avec les enfants des écoles de Brieulles sur Bar, Chémery sur Bar et Le Chesne le samedi 4 juin 2016.

Visite des tranchées de la Main de Massiges (Marne) guidée par Eric Marchal et Jean-Pierre Mainsant, bénévoles de l’association de la Main de Massiges. Deux heures de découverte de la vie des poilus pendant plus de quatre ans.

Puis, l’après-midi, visite du plateau de Valmy et explications données sur la bataille, devant la statue du général Kellermann dont le coeur se trouve dans une stèle en pierre, devant la statue. Retour par le moulin deux fois reconstruit avant de reprendre le car.

3 juin 2016 – FLOING – Les Ardennes se souviennent

Entre la ligne Maginot et la Picardie où déferlaient les divisions blindées allemandes en mai et juin 1940, les Ardennes ont été le lieu où l’armée française a résisté à la Wehrmacht pendant un mois. Ces combats ont été très meurtriers des deux côtés.
Nous organisons chaque année une soirée de Mémoire en honneur de ces milliers de braves tombés sur la terre ardennaise. C’était le 3 juin en soirée à la nécropole de FLOING. Madame la Sous-Préfète de Sedan était présente et nous avons bénéficié de l’appui de l’ONAC 08 et de la mairie de FLOING.

Fleurissement d’une tombe de chaque religion (chrétienne-musulmane-judaïque) :


Lecture d’un poème par un jeune.
Déclaration du président d’ARDENNES1940, initiateur de la manifestation.
Remerciements aux 14 porte-drapeaux présents et aux jeunes porteurs de flambeaux.
La manifestation a été suivie par un vin d’honneur offert par la commune.

Dépôt d’un coussin avec l’inscription « LES ARDENNES SE SOUVIENNENT » :

« Nous honorons ce soir la mémoire de tous ces combattants qui ont résisté de manière exemplaire, dans des conditions très inégales, du 13 mai au 11 juin 1940, date de l’ordre de repli. Ils venaient de toutes les régions de France et de toutes les parties de notre immense empire colonial. Ils ont payé le prix fort pour leur résistance : un certain nombre reposent dans cette nécropole : ils représentent les milliers de leurs camarades tombés sur le sol ardennais. Ce sont des oubliés de l’Histoire dite officielle. Mais ils ont acquis le droit à notre reconnaissance, nous les Ardennais et les Ardennaises qui avons entretenu jusqu’en 1963 les tombes de la litanie de cimetières communaux où ils avaient été péniblement rassemblés.
Je vous remercie tous, et en particulier Mme la Sous-Préfète, d’être venus leur rendre hommage. » Michel BAUDIER


La presse informe

Capture d’écran 2016-06-22 à 21.50.52

L’Ardennais- L’Union 11 juin 2016

Capture d’écran 2016-06-22 à 21.50.12

(Publication soutenue par le Conseil Départemental 08)

Cet écho est à la mesure de la mobilisation des élus départementaux : aucun présent !!

 

15 mai 2016 – STONNE : Journée de Mémoire

Matinée bien fraîche (il avait gelé à Stonne) mais bonne participation :
– un groupe du CENTIAL-51° RI de Mourmelon – photo 1
– de nombreuses personnalités dont Mme la Sous-Préfète de Sedan (photo 2)
– de nombreux porte-drapeaux (dont beaucoup de Saint Quentin) (photo 3)
– deux vétérans : un allemand (avec le béret), un français (photo 4)
– une forte participation de jeunes (photo 5)
des élus, la population locale, des familles venues de partout,
un moment intense de recueillement et d’hommage à ces hommes morts au combat, un appel à la solidarité et à la paix

Ci-dessous, retrouvez l’allocution du Président et de Madame la Sous-Préfète de Sedan.

Lire la suite

27 et 28 Juin 2015 – Le Miroir présente l’équipement de l’armée française en 1940

L’équipement de l’armée française en 1940
Présentation au public par Le Miroir
samedi 27 et dimanche 28 juin à Tannay et STONNE
avec le soutien financier d’Ardennes 1940.

Ces matériels sont tous le fruit du travail des membres du Miroir, passionnés de technique. Cette manifestation publique axée sur 1940 est la plus importante réalisée en France depuis les années 40. Le public fort nombreux a montré qu’il appréciait ce travail bénévole des membres du MIROIR.

William Rebisz, maire de Stonne, présentait dans un de ses bâtiments disponibles l’exposition de l’association ainsi qu’un diaporama sur le village de STONNE.

Partant de Tannay, une marche organisée le dimanche matin permettait de relier LES GRANDES ARMOISES et STONNE à travers la forêt du MONT DIEU.

Une journée ensolleillée, pleinement réussie !

DSC03818 Chenillette Renault

DSC03820 Chenillette ravitailleur de carburant pour les chars (bidons + pompe Japy)

DSC03821

Véhicule de transport troupes et matériel

DISC3822

Char R 35

DSC03823

Canon de 25 de l’infanterie (antichars)

DSC03824

Canon de 47 de l’artillerie – meilleur antichars français

DSC03816

Tannay : Hommage aux combattants de mai-juin 40 (bénévoles en tenue d’époque)

Juin 2015 – Nouveauté !

STONNE RAWA RUSKA
NOUVELLE PUBLICATION !

Avec les chars lourds en 1940
De STONNE à RAWA RUSKA, avec un téléphoniste de char B1 bis

Au sein du 41° Bataillon de Chars de Combat commandé par le Cdt Malaguti : le témoignage de Francis HENAULT écrit par son fils Michel à partir des notes de son père.
70 pages illustrées par de nombreuses photos et des cartes.

8 € ou 11,70 € franco de port et d’emballage

Juin 2015 – Les ballons lâchés à Stonne ont eu le vent en poupe cette année !

Capture d’écran 2015-06-15 à 22.01.04
Capture d’écran 2015-06-15 à 22.01.18

Lieux de récupération :

  • Filstroff (Moselle) à quelques km de la frontière allemande : 120 km
  • Sarrebrück (Allemagne) : 160 Km
  • Mandelbachtal (juste au delà de Sarrebrück) : 165 km
  • Appenhofen près de Landau (Allemagne) : 250 km
  • Erlbach (entre München et Passau proche de la frontière tchèque) : 520 km !! un vrai record !!

Tous ces réexpéditeurs ont reçu des livrets sur Stonne et les combats de mai-juin 1940 ainsi que nos remerciements.

5 Juin 2015 – Hommage aux morts de mai-juin 1940 à la nécropole nationale de Floing

Pour le 75ème anniversaire de ces combats meurtriers, nous avons voulu donner un éclat particulier à cet hommage. Nous y sommes parvenus après un an de démarches. Le Préfet des Ardennes et le Président du Conseil départemental ont accepté de coprésider la cérémonie avec Mme le Maire de Floing et votre président.

Floing 5 juin 2015

Dépôt de fleurs sur une tombe chrétienne, une musulmane et une juive, dépôt de gerbes, lecture de textes choisis par des enfants de Floing, allocutions (textes joints).

Un bel hommage !

Les photos jointes vous en diront davantage…

Capture d’écran 2015-06-14 à 18.56.45 Les participants

cortège nécropole Le cortège dans la nécropole

Capture d’écran 2015-06-14 à 18.57.00 1 L’armée (3° Génie de Charleville-Mézières) participe à l’hommage

Capture d’écran 2015-06-14 à 19.00.48 Un jeune honore un mort de confession juive

Capture d’écran 2015-06-14 à 19.01.05 Les organisateurs de cet hommage

Capture d’écran 2015-06-14 à 19.01.21 Dépôt de fleurs par le président Baudier et les Jeunes de Floing avec Mme le Maire

Capture d’écran 2015-06-14 à 19.01.31 Participation de nombreux jeunes

Capture d’écran 2015-06-14 à 19.01.49 Les Jeunes s’expriment

Capture d’écran 2015-06-14 à 19.02.00 M YBORRA, Sous-Préfet de Sedan, conclut (voir texte de l’intervention)

___________________________________________________________________________________________________________________________

ALLOCUTION de Monsieur Emmanuel YBORRA Sous-Préfet de SEDAN
représentant Monsieur le Préfet des Ardennes

….C’est avec une réelle émotion que je me trouve parmi vous ce soir. Cette belle initiative, à l’image de vos flambeaux, est une lumière qui doit éclairer notre passé et qui doit guider les jeunes générations.

….Les combats des mois de mai et juin 1940 furent féroces et plus particulièrement dans notre département des Ardennes. Pourtant, l’armée française a tenu tête à l’ennemi : Je prendrai les exemples bien sûr ici entre la Chiers et l’Aisne où de terribles combats eurent lieu à la Horgne, Bouvellemont, Launois, Monthermé, Nouzonville, Stonne, Sedan, La Ferté.

….Pour autant, le souvenir de la campagne de France fut bien trop longtemps déformé, si ce n’est ignoré. Il fut tout d’abord instrumentalisé par le gouvernement de Vichy pour asseoir ses idéaux sombres et funestes. Cette propagande insidieuse proclamait que la défaillance de notre société, le relâchement de la Nation auraient ainsi entraîné notre armée dans la défaite. Puis, après la fin de ce second conflit mondial, cette mémoire des combattants de 1940 fut souvent oubliée, car on ne parle pas des défaites.
….Cette soirée d’hommage est tournée vers ces soldats qui se sont bien battus, avec courage, avec honneur, et pour plus de 90 000 d’entre eux donnant le sacrifice de leur vie à la France, à notre Patrie, à notre République. Cette soirée est tout autant tournée vers les jeunes générations qui ne doivent pas oublier.

….Il est temps, effectivement, de se souvenir aujourd’hui de ces combats. Se souvenir doit nous permettre de mieux comprendre notre Histoire.

….Ces soldats en 1940 ne sont pas morts en victimes mais en héros, car, dans leur sacrifice germe déjà l’esprit de résistance qui porta les premiers Français libres vers le général de Gaulle à Londres et qui anima les premiers résistants de l’ombre.

….Si notre liberté est le legs de ces générations de soldats, leur esprit de combat et de résistance est aussi une part de notre héritage, qui doit toujours aujourd’hui nous animer. Et devant les attentats qui secouèrent notre Nation il y a quelques mois encore, nous ne pouvons que constater l’extrême nécessité de demeurer résistants et combatifs. Résistants, face à tous les actes qui mettent en cause notre démocratie et qui menacent notre patrie. Combatifs, pour affirmer qu’aucune exception, quelle qu’elle soit, quel qu’en soit le motif, philosophique, politique ou religieux, qu’aucune exception donc ne doit s’opposer sur notre territoire à nos lois républicaines et à nos valeurs.

….Ainsi, devant ces tombes de soldats français de toute confession, cet hommage associé aux jeunes générations doit leur permettre de construire, quand votre tour viendra, l’histoire de notre grande Nation, en préservant les valeurs pour lesquelles ces soldats sont morts au champ d’honneur et pour lesquelles, ne l’oublions pas, des soldats français tombent encore aujourd’hui.

….Vive la République, Vive la France !

Emmanuel YBORRA Sous-Préfet de Sedan représentant le Préfet des Ardennes

___________________________________________________________________________________________________________________________

ALLOCUTION de Monsieur Benoit HURE,
Président du Conseil Départemental, Sénateur des Ardennes

….Monsieur le Sous-Préfet de Sedan, représentant M. le Préfet des Ardennes,
….Mesdames et Messieurs les Conseillers Départementaux,
….Madame le Maire de Floing,
….Mesdames et Messieurs les Elus,
….Monsieur le Délégué Militaire Départemental des Ardennes, Mon Colonel,
….Monsieur le Président de l’Association « Ardennes 1940 à ceux qui ont résisté »,
….Monsieur le Délégué Général du Souvenir Français des Ardennes, Mon Colonel,
….Mesdames et Messieurs les Porte-Drapeaux,
….Mesdames et Messieurs, en vos titres, grades et qualités,

….En rendant hommage en cette soirée de juin 2015, dans la nécropole nationale de Floing, à tous les combattants morts pour la France en Mai et Juin 1940, nous accomplissons ensemble, toutes autorités et toutes générations confondues, un double devoir.

….Le premier est le devoir de mémoire. Expression parfois galvaudée, elle prend ici pleinement son sens, en ce 75ème anniversaire des combats de 1940. Même si ces tragiques semaines et les 90 000 morts français n’on pas reçu, même cette année, la reconnaissance officielle d’une commémoration nationale, les Ardennes veulent rester fidèles au souvenir de 1940.

….Car c’est sur notre sol qu’on eu lieu les plus violents combats, souvent héroïques et même désespérés. C’est sur notre terre que sont morts une grande part de nos combattants, qui ne furent pas des lâches et qui n’ont pas abandonné leurs postes ni leurs armes. Et c’est dans la terre ardennaise que nombre d’entre eux reposent pour toujours. Près de 2200 d’entre eux sont ici, dans cette nécropole nationale de Floing où chaque année les Ardennais leur rendent un juste hommage.

….Notre département a été plus que d’autres meurtri par les combats: à Sedan, à Stonne, à La Ferté, à La Horgne, à Tannay, à Monthermé, à Asfeld, sur la Meuse et sur l’Aisne. Il a été le témoin de la vraie résistance des troupes françaises et du sacrifice ultime consenti par nos soldats, dans les ouvrages de béton, dans les chars, sur tous les terrains, mais aussi dans les airs, pour empêcher l’invasion de notre pays.

….La réalité des combats, le courage et la valeur de ces hommes venus ici de tous les horizons ont longtemps été effacés du souvenir de la Nation. Ceux qui reposent ici sont morts deux fois: au combat et dans la mémoire collective des Français.

….Dans les Ardennes nous voulons réparer cette injustice, pour ne pas qu’ils meurent une troisième fois, effacés de l’histoire de France qui sera transmise aux générations futures, au moment où disparaissent les derniers survivants et témoins de 1940.

….Et c’est bien là le deuxième devoir que nous accomplissons ce soir, avec les élèves des écoles de Floing associés à cette cérémonie et que je remercie : transmettre la mémoire de tous ceux qui sont morts dans notre département en mai et juin 1940.

….Pour leur rendre justice et les rétablir dans leur honneur aux yeux de tous, de leurs familles et de la communauté nationale. Pour se souvenir qu’ils ont été les premiers résistants et qu’ils se sont battus, au prix de leur vie, pour défendre la liberté de notre pays et préserver des valeurs de civilisation qui sont les nôtres. Pour comprendre aussi l’importance des valeurs de paix que l’Europe a su maintenir depuis 1945. Une paix que tous ces morts pour la France dormant ici pour l’éternité auraient voulu connaître et dont le sacrifice a été la première pierre d’une Europe pacifiée où nous avons grandi et que nous voulons transmettre à nos enfants.

….Pour tout cela, les Ardennes continueront d’honorer fidèlement la mémoire des combattants de Mai et Juin 1940.

Monsieur Benoit HURE, Président du Conseil Départemental, Sénateur des Ardennes

17 Mai 2015 – Journée de Mémoire

Nous vous communiquons quelques éléments de cette journée du 17 mai qui fut une belle réussite !

Présence des militaires du CENTIAL de Mourmelon (51° RI), de Bitche (16° Chasseurs) et de gendarmes mobiles. Présence de 53 porte-drapeaux, d’une forte délégation de Saint Quentin, de deux vétérans français et d’un vétéran allemand – Participation de nombreux enfants – Présence d’un nombreux public – beau temps –

Journée de mémoire 2015 3 Présentation des troupes au drapeau

Journée de mémoire 2015 2Association LE MIROIR en tenue 1940 et avec du matériel 1940

Sans titre3 Enfants qui ont déposé des fleurs et lu des textes (il y en avait 3 fois plus !)

allocution du Président
….Merci, monsieur le Préfet, d’avoir accepté de présider cette journée de Mémoire. La présence d’un représentant du Gouvernement en ce 75ème anniversaire des combats de mai-juin 1940 est un geste qui apaisera tous ces morts pour la France et leurs familles car ils se sentiront reconnus.
….Merci aux délégations des unités qui ont combattu sur cette terre ardennaise et l’ont abreuvé de leur sang : Cential de Mourmelon porteur des traditions du 51° régiment d’infanterie, élément de la 3° division d’infanterie, Chasseurs de Bitche, porteurs des traditions du 16° Bataillon de chasseurs portés de la 3° division cuirassée et j’y inclurai la Gendarmerie de Satory qui pensait être des nôtres mais que le plan Vigie-Pirate a mobilisés au dernier moment. Merci à tous d’avoir répondu à notre invitation !
….75 ans ont passé depuis ces combats meurtriers qui ont duré près d’un mois ! S’il avait fallu des mois pour que les corps des combattants soient relevés, identifiés, ensevelis simplement mais dignement, rassemblés en de nombreux cimetières jalonnant la ligne de défense entre Chiers et Aisne, il aura fallu des décennies pour que ces combats soient mieux connus. Les historiens ardennais eux-mêmes découvraient en 1962 – 22 ans plus tard ! -, grâce au travail de mes élèves, qu’on s’était battu en ces lieux… La vue des familles écrasées par le chagrin et l’injustice, a décuplé en moi la soif de savoir et l’expression du respect pour ces Morts pour la France. La collecte des témoignages et des rapports officiels, je l’ai faite dans les années 50/60 avec les enfants de mon école qui se sont vite passionnés. La jeunesse a besoin de connaitre l’histoire des lieux où elle évolue, d’en comprendre les raisons et les obligations. Il lui est ensuite plus facile d’aborder celle de notre pays. Un arbre sans racines n’a aucune chance de prospérer ! Nous avons le bonheur d’avoir chaque année la participation d’élèves des écoles environnantes, pilotés par leurs maitres et maitresses : je les remercie de cette contribution.
….Je salue les rescapés de ces jours maudits, maintenant peu nombreux, venus rendre hommage à leurs camarades tombés au combat. Leur participation – que je sais être souvent fort pénible – est pour nous un puissant réconfort dans l’action que notre association a entreprise depuis vingt ans.
….Je salue bien sûr les familles de ces combattants qui participent à cette journée de Mémoire et nous sont reconnaissantes de combattre l’oubli qui est une seconde mort.
….Nos rendez-vous annuels, et avant nous, ceux des amicales régimentaires, ont toujours placé, avec ce geste de mémoire, une volonté de fraternité, de réconciliation des peuples européens et de paix. Ce sont les vétérans – alors fort nombreux – qui ont décidé de manifester cette volonté en organisant, de manière démocratique, une première rencontre franco-allemande en mai 1962, voilà 53 ans ; ils ont ainsi jeté les bases de relations amicales familiales qui se sont développées et approfondies au fil du temps jusque les années 2000. Nous avons semé ensemble des graines de fraternité et de paix : j’espère qu’elles ont fructifié malgré les aléas de la vie. Nous étions, sans le savoir, dans l’air du temps : Le président De Gaulle et le Chancelier allemand Adenauer se retrouvaient peu après à Reims ; L’Office franco-allemand pour la Jeunesse était créé en 1963 : il a bénéficié à plus de 8 millions de jeunes. Ce furent des actes concrets, capables d’agir sur l’évolution de nos sociétés. Il serait bon que cela se poursuive ! Nous avons la chance d’avoir aujourd’hui parmi nous un ultime représentant des vétérans allemands qui a fait l’effort de venir de Bonn : Joachim DORENBECK, fidèle à nos rendez-vous passés. Merci Joachim ! Bravant la fatigue du voyage, vous me faites un très grand plaisir d’être là aujourd’hui !
….Quant on évoque ces années de guerre, les plus anciens voient refluer dans leur esprit un monde de souffrance, où, après les destructions, les pillages, l’absence des prisonniers retenus derrière les barbelés, sont venues la suspicion, la peur, les privations, la faim, les arrestations, les déportations : un vrai cauchemar pour les familles qui voulaient se respecter. Difficile à imaginer pour la jeunesse actuelle, mais il faut qu’elle sache que ce sont les vrais habits de la guerre. Toujours et partout ! Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas laisser se développer des déviances qui ont coûté cher à l’Europe et au Monde : la crédulité, l’embrigadement, la haine, le racisme, la violence gratuite. Si nous voulons que nos petits-fils vivent en paix, il faut les mettre en garde au quotidien contre ces évolutions malsaines. Il faut surtout leur montrer qu’on est plus heureux quand on vit à l’écoute des autres, solidaires et fraternels, capables de débattre sereinement et de s’enrichir à leur contact. Il faut savoir cultiver la paix des armes et la paix des coeurs !

Michel BAUDIER Président

Journée de mémoire 2015 4 Joachim DORENBECK, vétéran allemand, au monument de la Réconciliation

Journée de mémoire 2015 5 Le président Michel Baudier au cours de son allocution

__________________________________________________________________________________________________

Après bien des démarches, le journal local L’union-L’Ardennais a finalement fait paraître l’article ci-dessous (plusieurs photos fournies…) Remercions le correspondant local attristé du manque d’information alors qu’il connait bien l’importance de cette journée de Mémoire mais qu’il n’est pas chargé de la couvrir…Grâce à sa ténacité, cet article a pu voir le jour ! Il n’y avait aucun journaliste présent à Stonne. A chacun de juger !

Journée de Mémoire 2015 - article

NOUVEAUTE – La Résistance Française à Stonne et Tannay du 14 au 24 Mai 1940

LivreStonne2

NOUVELLE PARUTION !!!
La Résistance Française à Stonne et Tannay du 14 au 24 Mai 1940

Reprise du texte de UNE BATAILLE OUBLIEE avec de nouvelles frappes pour le texte, de nombreuses illustrations, de nouvelles cartes : une lecture plus facile, un ouvrage plus agréable !

Prix de vente :
En vente directe : 25 €
– Envoi : 25 € + 5,50 € (port et emballage) = 30,50 €

Cliquez ici pour plus d’informations (redirection vers la page « Publications »)


!!!!!!! OFFRE EXCEPTIONNELLE !!!!!!!
UNE BATAILLE OUBLIEE + FALLAIT-IL SAUVER LE CHAR BAYARD ?
→ Les 2 livres : 25 € ou 31 € franco de port et d’emballage

18 Mai 2014 : HOMMAGE aux morts de Mai 1940, Stonne et les Grandes Armoises

Organisée par l’association ARDENNES 1940 à ceux qui ont résisté, cette cérémonie a rassemblé de nombreux participants :
– une forte délégation du CENTIAL-51° RI de Mourmelon, porteur des traditions du 51° régiment d’Infanterie, l’un des acteurs de la défense de Stonne,
– un groupe de quatre vétérans français et d’un vétéran allemand venu de Bonn,
– une forte participation de jeunes fréquentant les groupes scolaires de Brieulles sur Bar, Chémery sur Bar et Le Chesne,
– de nombreux porte-drapeaux ardennais et saint-quentinois
et d’un public nombreux parmi lesquels de nombreux maires et conseillers généraux.

……Le président a accueilli M le Sous-Préfet de SEDAN à 10 h 30 puis ce furent les dépôts de gerbe à la plaque de la 3° DIM-3° DCR et au monument aux morts de la commune. La cérémonie se poursuivit au Mémorial. Après les dépôts de gerbes, encadrés par les militaires du CENTIAL-51°RI avec leur étendard, les enfants sont venus lire des poèmes consacrés à la solidarité, la paix et la tolérance. Le président Michel BAUDIER rappela que le plus bel hommage rendu aux combattants de Stonne, le plus crédible, fut celui de leurs adversaires. Il fustigea « tous ceux qui les ont méprisés, déshonorés au grand désespoir des familles venant sur la tombe d’un des leurs, mort sur place pour la France ». Il insista sur la volonté de réconciliation exprimée par les rescapés dans les années 60 et souhaita que leurs ambitions affichées : tolérance, fraternité, paix soit poursuivies pour le bien de la jeunesse, porteuse de notre avenir. Il termina en s’interrogeant : « Nous engageons-nous suffisamment pour que souffle un esprit pacifique et tolérant dans notre société ? »
……M le Sous-préfet rappela l’engagement de l’armée française en mai-juin 1940 et la dureté des combats qui eurent lieu dans les Ardennes, en regrettant que ces faits soient si mal connus ; il insista sur la nécessité de faire participer les jeunes et de leur faire comprendre la nécessité de défendre les valeurs républicaines, car rien n’est jamais définitivement acquis.
……Suivit un lâcher de ballons porteurs de cartes-réponse.
……Puis ce fut l’arrêt au monument de la Réconciliation où M Dorenbeck, vétéran allemand, rappela l’égalité des souffrances des familles et du peuple, toujours grandes victimes des conflits.
……On poursuivit par un hommage aux morts du 51° RI dont la stèle et située dans le carrefour des Grandes Armoises où le colonel commandant le CENTIAL rendit hommage aux combattants du 51°RI. Le maire, Gérard FAILLON, rappela que son village avait été au centre des combats meurtriers des 23-25 mai où l’efficacité de la résistance empêcha l’encerclement du Mont Dieu et permit son évacuation par la 3° DIM puisqu’elle était relevée par les 6° et 35° DI.
……Il était 12 h 30 et un vin d’honneur fut le bienvenu car la chaleur était au rendez-vous.

Message du Président Michel BAUDIER
(Cliquer sur le lien ci-dessus pour lire le message du Président)

(Cliquer sur les photos pour les visualiser en grand format)

Article Stonne Mai 2014 3

STONNE 2014 (34)

STONNE 2014 (38) - copie

Mai 2014 : ARDENNES 1940 organise un HOMMAGE aux morts de mai-juin 1940 / revue de presse

Cliquer sur les images pour les visionner en grand format.